Au clair du feu

Les pierres ricochent sur l’eau qui dort. Les braises respirent, les soucis s’évaporent. Le chant des grillons, le souffre des grillades. En cercle comme la Pléiade. Une bouteille à la mer, une bouteille de vodka. Au bord des rivières s’échoue la Tequila. Le bon vieux temps, loin de la foule. Sur un tronc d’arbre à attendre le coup de foudre. Sur un tronc d’arbre, j’attends le coup de blues.

Au clair du feu. Au bord de la lune. Allume la flamme. Éteins l’amertume.

L’année fut longue à s’enlacer. Des bancs de l’école au ban de la société. Mais la passion a le dernier mot. Le lever de soleil est au dodo. A la lisère de la forêt. A l’abri des regards indiscrets. Le prédateur flatte son égo. L’allumeuse finira en mégot. Lueur de bois et visages s’illuminent. Au son de guitare résonne la rime. La lune est pleine, les bouteilles quasi-vides. Sur cet air, certains se débrident.

Au clair du feu. Au bord de la lune. Allume la flamme. Éteins l’amertume.

Publicités
Published in: on 1 juin 2011 at 16:24  Comments (1)  
Tags: