Qui de l’oeuf ou de la poule est arrivé en premier sur Terre sachant que l’homme vient de Mars et la femme de Vénus ?

Hello, moi c’est Sélénien et je viens d’ailleurs. Je suis un habitant de la Lune et je suis arrivé sur Terre par erreur. Depuis, j’ai la tête dans la lune et les pieds sur terre. Ne me demandez pas comment, je n’ai pas le pouvoir d’élasticité. Juste pouvoir s‘évader. D’ailleurs, je m’évade sans l’aide d’aucune substance végétale. Je suis un simple artiste en herbe, qui rêve de repartir sur sa terre natale. Oui, j’ai demandé à la Lune si elle voulait encore de moi. Je lui ai montré mes brûlures et là, il me fallait un visa. Du coup, je suis coincé sur Terre et je me suis mis à croire que je devais accomplir une mission. Qu’il était de mon devoir de répondre à cette fameuse question : Qui de l’œuf ou de la poule est arrivé en premier sur Terre sachant que l’homme vient de Mars et la femme de Vénus ? Ne vous inquiétez pas c’est plus facile à comprendre qu’un hiatus. Pour ce faire, je vous ai dressé le portrait-robot des hommes et des femmes qui vivent sur cette planète. On dit que la femme a été crée à partir de la cote d’un homme. Depuis ce jour, depuis le 6ième jour, c’est la guerre des sexes. On dit qu’un homme qui fait rire une femme a déjà un pied dans son lit. Hélas, l’homme ne naît pas unipède. On dit que l’homme qui hait l’Homme est misanthrope. Qu’un homme qui hait un homme est homophobe. Qu’un homme qui hait une femme est misogyne. Mais, comment appelle-t-on une femme qui hait un homme ? Une femme cocue. On dit que les hommes ne savent faire qu’une seule chose à la fois. Alors, pourquoi veulent-ils tous absolument essayer un truc à plusieurs ? On dit que les femmes savent faire plusieurs choses à la fois. Alors pourquoi n’ont-elles que deux bras ? On dit que les hommes ne savent pas écouter les femmes. J’en conclue donc que la branlette rend bel et bien sourd. On dit que quatre-vingt-quinze fois sur cent, la femme s’emmerde en baisant. Mais, ma foi, être une femme libérée, tu sais c’est pas si facile. On dit que la femme a besoin de se sentir aimée tandis que l’homme a besoin de sentir utile. Qu’il fasse plus souvent la vaisselle. On dit que la femme est l’avenir de l’homme. Les vendeurs de boussoles et de GPS s’en réjouissent déjà. On dit que les femmes sont plus expressives que les hommes. Voilà, pourquoi je déteste le tennis féminin. On dit que les hommes ne pleurent pas. Fais du mal à sa chère et tendre voiture et tu verras. On dit que l’homme idéal devrait avoir plusieurs qualités. Être gentil mais pas trop. Être tendre mais pas trop. Être protecteur mais pas trop. Être musclé mais pas trop. Être sensible mais pas trop… On dit que la femme idéale devrait avoir une seule qualité : une forte poitrine. Vous voyez, les hommes sont moins exigeants que les femmes. Il vous suffit juste d’avoir 100 mille francs et de vous faire refaire les seins avec tous les risques chirurgicaux et psychosomatiques que cela comporte. On dit que les hommes sont tous des salauds. En effet, les hommes romantiques sont en voie d’extinction, faute de trouver une femelle pour copulation. On dit que les hommes ne pensent qu’avec leur cerveau droit, respectivement leur pénis. Voilà pourquoi, les femmes sont compliquées. On dit que l’amour rend aveugle qui de mieux placé pour nous en parler que Gilbert Montagné. Sur ce, qui de l’œuf ou de la poule est arrivé en premier sur Terre sachant que l’homme vient de Mars, la femme de Vénus et, moi, Sélénien de la Lune ? Réponse : L’Œuf est arrivé sur Terre par erreur et la poule, par hasard.

Published in: on 1 août 2011 at 10:33  Laisser un commentaire  
Tags:

La falaise de Fribourg

Regarde autour de nous, personne aux alentours. Cap sur le nouveau monde, la spirale des amours. Tous les deux au bord de la Sarine, notre littoral. Pourvu que ta poitrine pointe comme la Cathédrale.

Au bord du gouffre. A bout de souffle. Ta bouche, une bouffée d’amour. Gravons nos initiales sur la falaise de Fribourg.

Mais, de nos jours, Cupidon se retrouve à la bourre. Sans Cardinal, il ne sait plus comment faire la cour. Car parler de toi ne va pas de soi. Muse que tu es. Flamme que tu fais. Âme que tu berces. Cœur que tu perces. Tout ce qui ne s’exprime pas. S’imprime sur la falaise d’Audriaz.

Au bord du gouffre. A bout de souffle. Ta bouche, une bouffée d’amour. Gravons nos initiales sur la falaise de Fribourg.

 

Published in: on 2 juillet 2011 at 07:12  Laisser un commentaire  
Tags:

Au clair du feu

Les pierres ricochent sur l’eau qui dort. Les braises respirent, les soucis s’évaporent. Le chant des grillons, le souffre des grillades. En cercle comme la Pléiade. Une bouteille à la mer, une bouteille de vodka. Au bord des rivières s’échoue la Tequila. Le bon vieux temps, loin de la foule. Sur un tronc d’arbre à attendre le coup de foudre. Sur un tronc d’arbre, j’attends le coup de blues.

Au clair du feu. Au bord de la lune. Allume la flamme. Éteins l’amertume.

L’année fut longue à s’enlacer. Des bancs de l’école au ban de la société. Mais la passion a le dernier mot. Le lever de soleil est au dodo. A la lisère de la forêt. A l’abri des regards indiscrets. Le prédateur flatte son égo. L’allumeuse finira en mégot. Lueur de bois et visages s’illuminent. Au son de guitare résonne la rime. La lune est pleine, les bouteilles quasi-vides. Sur cet air, certains se débrident.

Au clair du feu. Au bord de la lune. Allume la flamme. Éteins l’amertume.

Published in: on 1 juin 2011 at 16:24  Comments (1)  
Tags:

10 Commandements

    1. Les bleus de l’âme font partis de l’arc-en-ciel.
    2. Dessiner la route avec les lignes de sa main.
    3. Nuit blanche noircit feuille blanche pour éclaircir les idées noires.
    4. Chanter quand ça me chante même si parler de soi ne va pas de soi.
    5. Personnifier la solitude pour se sentir moins seul.
    6. Décimer le doute avec les courbes de ses seins.
    7. La planète bleue vire au rouge à cause des billets verts.
    8. Etre libre comme l’azote-oxygène (libre comme l’air)
    9. Allumer la flamme, éteindre l’amertume. Au clair du feu, au bord de la lune.
    10. La vie c’est comme des fringues. Y’a des hauts et des bas.                

               Sélénien

Published in: on 1 mai 2011 at 15:03  Laisser un commentaire  
Tags:

Ma braguette magique (extrait)

[…] Il était une fois aux Pays des merveilles. D’Artagnan et les 3 petits cochons. Qui se sont fait poser un lapin par Maya, l’abeille. Ô les vilains petits canards qu’ils sont. Mais la petite Sirène, mi-Némo, mi-Shakira se baladait par là. Elle cueillait de belles pommes empoissonnées pour sa mère-grand. Qui, ceci dit en passant, souffrait du syndrome de Peter Pan. Un des 3 petits cochons, en l’occurrence, Tortue Géniale. Voulait trouver pantoufle à son pied, son piédestal. Petite Sirène, comme une huître, ouvre-toi. Mais d’Artagnan à la barbe bleue s’interposa. Tortue Génial, tu n’as pas dit : Sésame, ouvre-toi. Et toi, d’Artagnan, tu n’as pas dit : Jacadi a dit […]

Published in: on 4 avril 2011 at 18:33  Laisser un commentaire  
Tags:

Guitare à dos

Quand j’étais enfant, j’avais un ami imaginaire c’était le petit Robert. La tête au carré, de A à Z, il était comme moi, pas très populaire. Mais on allait, main dans la main, visiter la Grande Ourse. Accompagnés par une fille qu’on surnommée la rousse.

La clé de sol est ma boussole. Écrire aux aurores. Pour ne pas perdre le Nord. Je file à l’anglaise sur un radeau. Plume à la main et guitare à dos.

Quand j’étais ado, j’avais une amoureuse platonique c’était Clémentine. Ronde comme une orange, yeux noisettes à s’en lécher les babines. Même rouge comme une tomate, je lui aurait promis la lune de miel. Mais timide était ma pomme d’Adam et mes poèmes à la noix, à la poubelle.

La clé de sol est ma boussole. Écrire aux aurores. Pour ne pas perdre le Nord. Je file à l’anglaise sur un radeau. Tête dans la lune et guitare à dos.

Quand j’étais un homme, j’avais une femme, une fille facile, une poupée gonflable. Bière à la main, foot dans les yeux, rien dans la tête, j’étais inébranlable. Baby gonflable, tu es mon âme sœur, je l’ai lu dans l’horoscope. Mais j’aimerais faire un truc à trois, demain matin on va au Sex-Shop.

La clé de sol est ma boussole. Écrire aux aurores. Pour ne pas perdre le Nord. Je file à l’anglaise sur un radeau. Pieds sur terre et guitare à dos.

Peut-être que je joue comme une casserole. Peut-être que j’écris comme vache espagnole. Peut-être que je chante comme un pied. Peut-être que rêve du mauvais pied. Mais, depuis que je suis Sélénien, artiste incompris, artiste pour la vie. Je suis libre comme le mélange azote oxygène, libre comme l’air pour ceux qui n’auraient pas compris.

La clé de sol est ma boussole. Écrire aux aurores. Pour ne pas perdre le Nord. Je file à l’anglaise sur un radeau. Femme dans le cœur et guitare à dos.

Published in: on 6 mars 2011 at 12:56  Comments (1)  
Tags:

Les romantiques anonymes

Bienvenu aux romantiques anonymes. Thérapie exclusivement réservée à la gente masculine. Aux hommes sensibles en quête de la pantoufle de verre. Hommes fidèles qui passent de l’ami à l’amante imaginaire. Hommes attentionnés envers leur amour platonique. Hommes érectiles lors du visionnage du film Le Titanic. Bienvenu. Aux hommes, qui même célibataires, ont déjà planifié leur nuit de noce. Hommes qui tombent prématurément amoureux donc précoces. Hommes à l’eau de rose, aux fleurs bleues et pétales écarlates. Hommes qui mettent leurs copines sur un piédestal au lieu de la mettre à quatre pattes. Bienvenu. A vous qui êtes atteints du syndrome du mec trop gentil. Les Ni Putes Ni Soumises vous ont bien eu, d’ailleurs les Ni Pures Ni Dominantes aussi. Mais, je viens vous délivrer un message intercontinental. Intergalactique, intersidéral, je dirai même intercantonal Messieurs, en chacun de vous sommeille un bo goss. Ce n’est pas moi qui le dit c’est votre voix intérieur de bo goss. La BogossAttitude est en vous, elle coule dans vos veines. Elle ne demande qu’à jaillir, jaillir comme une femme fontaine. Pensez à votre ego masculin, au bien-être de votre phallus. Je ne vous promets pas monts et merveilles, juste des monts Vénus. Messieurs, soyez renversant, aussi renversant que le Super-G. Soyez énigmatique, aussi énigmatique que le point G. Soyez testostérogénique pour la prendre en brouette. Soyez tchatcheur, aussi tchtatcheur que les Babibouchettes. Bombez votre torse épilé, aussi épilé que votre pubis. Voyez les choses en grand en commençant par votre pénis. Soyez prétentieux, aussi prétentieux que Michael Vendetta. Soyez Bad Boy, aussi Bad Boy que M. Pokora. Soyez un mec à fort pectoraux, le mec mortel de Diam’s. Faites crier les filles comme les sœurs William’s. Soyez Pharaon lorsque les seins pointeront comme les pyramides. Soyez Anglais lorsqu’il faudra filer après une nuit torride. Enfilez votre T-shirt fétiche où il est inscrit, je cite. Expert en sexe : la 1ère leçon est gratuite. Devenez ce que vous devez être. Et s’il le faut, jouez les poètes. Mais soyez romantiques, créatifs et délicats. Par exemple : Sans toi je ne peux vivre, tu es la vésicule biliaire de mon foie. Alors je sais que je suis à côté de la plaque. Que je suis paranoïaque, limite hypocondriaque. Mais s’il est vrai qu’être une femme libérée c’est pas si facile. Que dire du casse-tête de l’homme qui doit être à la fois romantique et viril ?

Published in: on 1 mars 2011 at 17:56  Laisser un commentaire  
Tags:

Les Hommes

Homme qui haït l’Homme est misanthrope. Homme qui haït les homosexuels est homophobe. Homme qui haït les femmes est misogyne. Femme qui haït un homme est cocue.

Published in: on 2 février 2011 at 10:31  Laisser un commentaire  
Tags:

Garde-robe

Comme des fringues, on a tous les choix. Porter son destin ou porter sa croix. Se vêtir de rêves ou s’habiller en Prada. Suivre la mode ou suivre sa voie.

Puisque la vie c’est comme des fringues. Y’a des hauts et des bas.

N’attends pas le coup de braguette magique. Que le blues reste au vestiaire. Vas-y enfile ton manteau de musique. Pour affronter les rudes hivers. N’attends pas d’être dans un cul-de-sac. Que ta vie devienne fagoté. Vas-y fais le tri et vide ton sac. Pourquoi ne pas devenir culotté?

Puisque la vie c’est comme des fringues. Y’a des hauts et des bas.

N’attends pas que la boucle soit nouée. Vas-y enlève le moral des chaussettes. Car pour trouver chaussure à son pied. Il faut en faire des kilomètres.

Puisque la vie c’est comme des fringues. Y’a des hauts et des bas.

Published in: on 2 février 2011 at 10:20  Comments (1)  
Tags: ,

Flashé sur toi

J’ai flashé sur toi. Flashé au virage de ton visage. Au carrefour de tes contours. Sur le chemin de tes seins.   J’ai flashé sur toi. A 100 à l’heure bat mon coeur.

Published in: on 2 février 2011 at 10:17  Laisser un commentaire  
Tags: